Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 janvier 2015 5 30 /01 /janvier /2015 12:00

Le peuple grec n'a pas cédé au chantage

Le montant de la dette publique grecque s'élève à 321,7 milliards ! Pendant des années, le peuple grec a été méprisé, dépossédé, asphyxié par les politiques dictées par la Troïka.

Face a cette dette, ce mécanisme pervers qui étouffe la croissance, les grecs ont décidé dimanche de retrouver leur dignité et d'écrire une page historique. Déjouant toutes les pressions, les menaces et les tentatives de divisions, les grecs ont affirmé leur souveraineté et montré qu'il existe une autre voie en Europe que celle de la diktat des marchés et de l'austérité.

Ce dimanche, le peuple grec a préféré un programme de rupture qui mise sur la croissance par le retour de l’investissement public et par la relance de la consommation. Ils ont donné leur confiance à Alexis Tsipras qui mènera une lutte sans merci contre l’évasion fiscale et contre les oligarques armateurs qui se sont toujours arrangés pour échapper à l’impôt.

Une dette grecque qui pèse sur les contribuables français ?

Inspirés par le FMI et la BCE, les médias français agitent les peurs : « si la Grèce annulait ses dettes, il en couterait 600 € par français ». Faux ! Contrairement aux idées reçues, ce sont les politiques d'austérités menées depuis 10 ans qui ont creusé la dette. L'économie s'est arrêtée : salaires, rentrées fiscales se sont effondrés... conduisant la Grèce dans un cercle vicieux, l'obligeant à emprunter à des taux très élevés, 9% sur 10 ans  sur les marchés financiers, 3,5 % auprès des Etats et du Fond Européen. Ainsi chaque année la France récupère 80 millions d'euros au titre des intérêts sur la Grèce ). Les banques et des marchés profitent de la crise grecque.

Syriza ne refuse pas de rembourser la dette, mais la part indue que les taux d'intérêts exorbitants ont creusé. Supprimer cette part de dette ( qui représente 4,8 % du PIB !) , c'est se donner toutes les chances de relancer l'activité dans la zone euro. La BCE pourrait financer cet allègement dans le cadre du plan d'investissement de 1.100 milliards d'euros qu'elle envisage. Ainsi, les contribuables européens ne seraient pas, une fois de plus, mis à contribution pour rembourser les banques.

La Grèce rallume une étoile de l'Europe

La victoire de Syriza est un appui formidable pour nos luttes sociales, c'est un encouragement pour toutes les forces de gauche qui combattent l'austérité.
Cette victoire montre que d'autres choix sont possibles, c'est une chance pour y faire bouger les rapports de force.  François Hollande avait raté la possibilité de réorienter la construction européenne en 2012. L'espoir vient désormais d'Athènes.

Dans toute l'Europe, portons ces solutions alternatives aux vieilles recettes libérales comme la loi Macron. Mettons toutes nos forces pour construire un rassemblement et une alternative de gauche, citoyenne et écologiste dans notre pays.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article

commentaires