Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 juillet 2014 1 21 /07 /juillet /2014 10:26

COMMUNIQUE DE PRESSE 21/07/14

Boycotter Israël, c’est lutter pour une paix juste

 La section du PCF d’Alès appelle solennellement les citoyens du bassin Alésien à un boycott économique, diplomatique, et un boycott des institutions académiques, sportives et culturelles israéliennes. Ces institutions sont en effet trop souvent utilisées par Israël pour soigner son image et mieux masquer sa politique à l’égard des Palestiniens et son mépris des règles internationales.

En effet, il faut toucher Israël économiquementpour leur imposer le respect du droit international et l’ouverture de véritables négociations de paix !

L'absence de sanctions à son égard est un encouragement à la poursuite de sa politique de colonisation, d'agression permanente contre le peuple palestinien, et de refus de reconnaissance aux Palestiniens d'un droit à un État.

La France doit agir pour que l'ONU en urgence organise une conférence mondiale multilatérale pour la paix juste et durable, et la sécurité au Proche-Orient avec pour objectif le respect des résolutions de l'ONU, la coexistence pacifique de deux États dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-Est pour capitale de l’État palestinien, et une juste solution pour les réfugiés en application de la résolution 194 des Nations unies – c'est l'urgence, c'est notre responsabilité.

Avec le collectif Cévenol pour la Palestine, la section PCF d’Alès appelle au rassemblement Mercredi 23 juillet à 18h30 Place Gabriel Péri à Alès.

Israël doit mettre un terme immédiatement au massacre et au blocus criminel qu'il impose à la population de Gaza dont les conditions de vie ne cessent de se dégrader.

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

 

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
15 juillet 2014 2 15 /07 /juillet /2014 16:44

COMMUNIQUE DE PRESSE 15 juillet 2014

Citoyens, tous mercredi 16 Juillet 2014 à 18h30 Place Gabriel Péri en solidarité avec le peuple Palestinien !!

La diplomatie française ne peut continuer cette politique du laisser faire

Comme beaucoup, la section PCF d’Alès est affligée par la manière dont la voix de la France a été portée par François Hollande au plus fort des bombardements israéliens sur Gaza, faisant à ce jour plus de 180 civils tués et 1089 blessés palestiniens. Les déclarations du chef de l’État ont d'abord été explicitement pro-israéliennes, puis marginalement « neutres » renvoyant à tort chacun dos à dos. Elles sont surtout totalement vides d'initiative politique pour contribuer à une solution pacifique. Le président de la république fait honte à la France !!

Cette stratégie meurtrière d'Israël visait à délégitimer l'Autorité palestinienne et affaiblir le nouveau gouvernement mis en place le 2 juin. Rien ne justifiait le déluge de violence de l'armée israélienne qui s'est abattue sur la population civile prise au piège par le blocus à Gaza, mais aussi sur les habitants de Cisjordanie et de Jérusalem-Est. Le gouvernement Netanyahou doit répondre de ses actes devant la communauté internationale laquelle doit impérativement ouvrir la voie à de vraies négociations.

La diplomatie française ne peut continuer cette « politique du laisser faire ». Aujourd'hui, à l'initiative de l’Égypte, Israël se disait prêt au cessez-le-feu. Il faut saisir cette occasion. La solution est connue : deux peuples-deux Etats souverains, dans les frontières de 1967, Jérusalem-Est pour capitale de l'Etat palestinienne et le respect scrupuleux de toutes les résolutions de l'ONU.

Seules des sanctions, comme la suspension des accords d'association entre l'Union européenne et Israël peuvent efficacement contraindre Benyamin Netanyahou à renoncer à la poursuite de la colonisation et engager son pays dans des accords de paix durables.

La reconnaissance par la France de l’État palestinien et l'appui à l'initiative politique de l'autorité palestinienne dans son effort d'entente nationale mettraient à mal l'impunité dont jouit depuis trop longtemps le gouvernement israélien. C'est avec cet objectif que la diplomatie française doit agir. Car tant que cette impunité durera, tant que l'humiliation et la violence dont les Palestiniens sont la cible dureront, les partisans palestiniens et israéliens de la paix seront fragilisés.

En France, les usages malsains, intolérants et racistes organisés par certains groupes extrémistes n'ont pas leur place dans le soutien au peuple palestinien. Ils ne peuvent pas non plus servir de prétexte pour étouffer la voix de la France solidaire et pacifiste.

La section PCF d’Alès appelle les citoyens épris de paix et de justice à se rassembler à l’initiatives du Collectif Cévenol pour la Palestine (dont le section PCF est membre) répondant à  l'appel du Col­lectif National pour une Paix Juste et Durable entre Israé­liens et Palestiniens mercredi 16 Juillet 2014 à 18h30 Place Gabriel Péri. 

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 09:34

Chers camarades

 

Le 17 juin prochain, l’assemblée nationale examinera le projet portant la réforme du système ferroviaire.

 

En privilégiant la procédure accélérée, le gouvernement fait le choix du passage en force.

 

L’examen des premiers amendements confirme la volonté du gouvernement de bâillonner toute voie qui n’irait pas dans le sens des injonctions des libéraux de Bruxelles.

 

 

Ainsi, seuls les amendements amplifiant la libéralisation et l’éclatement de l’entreprise publique SNCF ont été validés.

 

 

Depuis le début de ce dossier, et cela s’est aggravé durant les dernières heures, Mr Pepy et ses acolytes du ministère du transport ne cesse de mentir.

 

 

Mensonge sur le niveau de mobilisation, mensonge sur le nombre de trains en circulation, mais cela n’est pas nouveau de la part d’un PDG qui a construit tout son projet sur des approximations, des contre vérités, des dissimulations et autres stratégies perverses et malsaines.

 

 

Mentir à la CGT n’est pas une nouveauté pour les directions d’entreprises et les gouvernements.

Cela devient plus grave, lorsque nos élus du peuple relayent des messages en totale contradiction avec les réalités contenus dans leur projet et en les diffusent largement à tous les français.

 

 

Et si nous sommes réunis ici, aujourd’hui, devant la permanence du député socialiste de notre circonscription c’est pour lui rappeler d’une part notre détermination dans ce mouvement social et d’autres part pour amener les corrections nécessaires aux éléments en sa possession dans le cadre du projet de loi qu’elle sera amenée à voter la semaine prochaine.

 

SUR LA STRUCTURATION : ils nous disent « on réunifie le système, on construit un groupe public. »

C’EST FAUX.

-  Il n’y a rien dans leur projet qui relie les trois EPIC, ni économiquement, ni socialement encore moins techniquement. Pour preuve, chaque EPIC passerait indépendamment un contrat avec l’Etat, serait maitre de ses recrutements, aurait son  propre  conseil  d’administration,  son  propre  CCE. Chaque  EPIC  ferait  ses propres négociations sur les salaires, l’emploi ou sur les accords d’entreprise.

- On nous dit « vous aurez tous « SNCF » sur la feuille de paye », mais on ne vous dit pas que ce sera suivi de « SNCF Réseau » ou « SNCF Mobilité ». En l’état actuel des choses, les 50 000 agents de l’INFRA et de la DCF se verraient appliquer d’office les règles sociales de RFF, car la loi est construite de telle manière que ce sont les cheminots de la SNCF qui intègreraient RFF.

-  Techniquement, le projet de loi est fait pour pousser encore plus loin le cloisonnement et l’étanchéité entre activités, et cela jusqu’aux instances représentatives du personnel, pour préparer la structuration en Sociétés Anonymes, notamment pour la partie « SNCF Mobilité ». Le choix fait sur la partie « Infra Travaux » va dans le même sens, c’est un secteur facile à ouvrir au marché concurrentiel qui intéresse les entrepreneurs privés, car il y a de l’argent à gagner. La SNCF a déjà donné l’exemple avec ses filiales telle Sphéris.

 

SUR LA PARTIE FINANCIÈRE qui est un aspect qui conditionne le volet social : Ils nous garantissent la performance sans peser sur les conditions sociales des cheminots. C’EST FAUX.

-  La dette resterait intégralement à la charge du système, soit 1,7 Milliards d’euros d’intérêts par an qui grossissent chaque année au même rythme que la dette elle-même. Elle repose intégralement sur les cheminots, ainsi 1/7 e  du temps de travail de chaque cheminot sert à rembourser les intérêts d’une dette d’Etat, car il s’agit bien d’aménagement du territoire et d’emprunts réalisés sur ordre de l’Etat.

De plus, ils nous disent «  il faut économiser environ 2 milliards d’euros par an pour réaliser les travaux en stabilisant la dette ». La Direction explique aux cheminots comment ils entendent faire 2G€ d’économie, tout en prétendant qu’ils seront épargnés. En réalité c’est la productivité réalisée au détriment de l’emploi qui est utilisée pour contrebalancer le poids de la dette (Exemple : moins 2453 emplois en 2014 et aucune négociation salariale).

-  Dans les faits : ils prévoient d’externaliser l’ensemble des fonctions communes et transverses (RH, Traitement de la paye, Service Informatique, Agence Famille, Médicaux, Sociaux, Service des Achats, les  contrôles  internes,  les  services  juridiques,  etc.).  Ils  ont  déjà  commencé.  G.  Pepy  a  donné  son accord aux régions pour leur remettre le matériel roulant en propriété, mais aussi son entretien.

Quid de l’avenir des cheminots des ateliers du matériel ???

-  Le seul élément qui peut paraître positif est le fait que l’Impôt sur les Sociétés dû par la SNCF serait réaffecté au système ferroviaire (soit environ 300M€, à peine 15% de la facture totale). Mais même cette affirmation ne peut être confirmée puisque cette possibilité est conditionnée à son intégration dans le Projet de Loi de Finance.

Enfin, ils nous appâtent en disant que les dividendes (fruits de la productivité des cheminots) que l’entreprise verse depuis 4 ans resteront dorénavant dans le système, comme s’il s’agissait d’un cadeau de l’Etat. Doit-on rappeler que le dividende à l’Etat fut une invention de Nicolas Sarkozy et Guillaume Pepy, dividende illégitime, car l’Etat ne peut pas être actionnaire d’un EPIC.

 

SUR LE VOLET SOCIAL : ils nous disent « le statut sera maintenu et nous  travaillons à un cadre social de haut niveau applicable à toute la branche ferroviaire, en particulier pour la règlementation sur le temps de travail ». C’EST FAUX.

-  Dans les faits : rien n’oblige dans le projet de loi à recruter au statut, autrement dit, ils peuvent faire mourir le statut par des recrutements hors cadre permanent. Cette démarche se confirme au regard des discussions avec RFF sur un « RH 254 bis », qui est un vrai cheval de Troie préparant leur cadre social pour les futurs cheminots.

De plus, le statut est attaqué de l’intérieur par G. Pepy qui prépare son déclin en s’attaquant à son contenu. Pour l’exemple, l’abaissement du taux T2 qui finance notre système spécifique de protection sociale, les facilités de circulation qu’il veut revoir à la baisse, les fonds d’action sociale qu’il veut raboter, nos prestations familiales qu’il veut transférer à la Caisse Nationale des Allocations Familiales ou notre parc logement qu’il a filialisé pour chasser les cheminots actifs et retraités et l’ouvrir au marché privé. Ils se permettent même de vouloir modifier certaines clauses du RH 001 sans réunion de la Commission Mixte du Statut.

 

Sur la réglementation du travail, le gouvernement refuse de sortir un décret socle suffisamment précis pour garantir le maintien de nos droits. Il nous renvoie vers des négociations avec le MEDEF, dont fait partie la direction de la SNCF. Celle-ci veut revoir la classification des métiers pour développer la polyvalence qui entraîne une forte déqualification (c’est ce que la Direction SNCF appelle évolution des métiers, notamment au service Voyageurs où l’on mixerait vente, accueil, escale et contrôle à bord).

 

Sur le temps de travail, c’est la CCN du Fret qui leur sert de référence avec 104 repos, des journées de 13 à 14 heures d’amplitude et de 10 à 12 heures de travail effectif, des coupures et pauses repas rognées, et ils espèrent en intégrer plusieurs dans la journée de travail au gré de leurs besoins. Pour les roulants, ce sont des Repos à la Résidence et Hors Résidence réduits à 12 et 8 heures, plus de flexibilité dans les roulements et moins de prévisionnel, des taquets allongés à minuit et rapprochés à 5h du matin pour les entrées et sorties de repos.

 

L’équation financière de ce projet de loi est basée à 85% sur la réduction des droits sociaux, la dégradation des conditions de travail, les suppressions d’emplois, la déqualification des métiers, la polyvalence et l’externalisation de nos missions de cheminots vers la sous-traitance et la filialisation. Il s’inscrit parfaitement dans la logique de la politique globale d’austérité voulue par le Président de la République et son 1 er  Ministre, soutenue par certaines organisations syndicales.

 

Voilà ce qu’ils appellent un cadre social harmonisé. C’est la destruction de nos métiers, la remise en cause de l’ensemble de nos accords (égalité mixité, personnels handicapés, formation, etc.).

C’est l’abrogation du RH 0077 et des modalités d’application des 35 heures telles qu’elles ont été négociées en 1999.

 

 

Autre sujet qui est important pour la CGT,

 

LA QUESTION DU FRET.

Contrairement à nos exigences, il n’y a pas un mot sur le Fret dans ce projet de loi. Pourtant, F. Cuvillier disait en faire un sujet majeur. Ce dernier, poussé par la mobilisation des cheminots à l’appel de la CGT en janvier 2013, a organisé une conférence nationale sur le fret ferroviaire entre septembre 2013 et janvier 2014. Il a confié des groupes de travail à un aréopage de technocrates libéraux. La CGT a néanmoins tenu à apporter sa contribution en s’appuyant à la fois sur les travaux des Commissions Economiques du CCE et du CE Fret ainsi que de notre Pôle Economique Fédéral.

Les  conclusions  de  cette  convention  sont  ahurissantes.  Alors  que  le  gouvernement  refuse  depuis 2006 de mettre un euro pour le développement du fret réalisé par la SNCF, les groupes de travail proposent de subventionner des Opérateurs Ferroviaires privés, les embranchements des entreprises, les patrons routiers pour mettre leurs camions sur des trains. Pire, M Cuvillier annonce la création de deux autoroutes ferroviaires, mais il affirme d’ores et déjà que les trafics seront livrés à des opérateurs privés ou à des filiales de la SNCF et, comme ils le fait avec le MEDEF sur l’ensemble des dossiers, ce gouvernement est donc prêt à financer des entrepreneurs privés pour faire du business avec le fret, pour faire du business avec le SERVICE PUBLIC. Il refuse toute aide à la SNCF pour permettre, de façon massive, le report modal de la route vers le rail, mais en accorderait à GEODIS, à VFLI ou à Naviland Cargo. Le prétexte est le principe de la concurrence libre et non faussée qui, de fait, ne s’appliquerait qu’aux entreprises publiques.

 

Au  final,  ce  projet  de  loi  constitue  l’aboutissement  du  rêve  de  G.  Pepy,  de  construire  un  grand groupe mondial de la mobilité et de la logistique pour faire du business dans le monde entier quitte à libéraliser totalement le transport ferroviaire en France en sacrifiant le service public et les acquis sociaux des cheminots de la SNCF. Ce sont trois entités indépendantes et leur myriade de  filiales et de sociétés anonymes qui constitueraient son groupe.

Les trois EPIC ne sont en rien un ensemble unifié. D’ailleurs, le Député UMP, D. Bussereau, l’a très bien identifié quand il dit dans la Vie du Rail : lorsque nous reviendrons au pouvoir, il sera très aisé de faire disparaître l’EPIC de Tête pour éclater définitivement le système comme nous le souhaitons. Preuve est faite de l’absence concrète de liens solides entre les trois EPIC garantissant l’unicité et l’intégration du système proposé.

 

C’est pourquoi, après les différentes actions construites depuis juin 2013 avec l’UNSA et SUD-Rail avec comme base commune une plateforme revendicative unitaire, après la très grande manifestation du 22 mai 2014, les CHEMINOTS sont aujourd’hui contraints d’agir par grève.

La CGT et les cheminots ne se laisseront pas endormir par de vagues promesses d’amendements de façade qui ne changeraient en rien la finalité et les objectifs libéraux de ce projet de réforme.

La  CGT  appelle  les  cheminots  à  rester  fortement  mobilisés.  Si  le gouvernement  entend  passer  en force, refusant de répondre à nos exigences construites dans une unité syndicale large avec l’UNSA et SUD-Rail, la forte mobilisation des cheminots dans cette lutte ne cessera de s’amplifier.

S’ils s’enferment dans leur tour d’ivoire notre mobilisation va s’élargir et se durcir.

 

 

Aujourd’hui, la CGT affirme : «la réforme gouvernementale, on n’en veut pas ! Une autre réforme est nécessaire.».

La Fédération CGT restera ferme et déterminée, pour gagner avec les cheminots «la voie du service public SNCF».

 

 

Je vous remercie de votre attention.

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
19 juin 2014 4 19 /06 /juin /2014 09:17


Communiqué de presse Section PCF Alès 13 juin 2014

 

Réforme ferroviaire : « la lutte contre le démantèlement du service public est l'affaire de tous»

 

Une large mouvement est en cours à la SNCF. La section PCF d’Alès apporte tout son soutien aux revendications portées par les cheminots mobilisés pour le retrait de la réforme ferroviaire qui sera présentée à l'Assemblée le 17 juin prochain.

 

Ce texte, qui prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d'une structure en doublon, prépare en réalité l'élargissement de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire exigée par l'Union Européenne. Le gouvernement entend en effet créer une société unique en façade, mais trois entités dans les faits, pour renforcer la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

 

Le scénario est écrit à l'avance. L'exploitation des voies, éminemment rentable, sera captée par le marché privé tandis que les infrastructures seront laissées à la seule responsabilité du secteur public, qui se retrouvera seul à rembourser la dette de 44 milliards d'euros qui devait financer un réseau ferré public et de qualité. Avec le libéralisme, c'est toujours la même rengaine : privatisation des profits et nationalisation des pertes.

 

Le PCF condamne fermement cette prise en otage du bien collectif et de l'investissement public par la concurrence privée, et s'associe aux propositions formulées par les syndicats en grève. Il demande une réunification réelle de la SNCF et de RFF au sein d'un organisme public possédant le monopole du chemin de fer et de son exploitation. C'est seulement à cette condition que sera garanti un service public juste et efficace.

 

Le ferroviaire ne peut être laissé aux mains de la concurrence et du marché. C'est un enjeu stratégique national, une garantie fondamentale de la souveraineté de la France et de l'égalité des territoires. 

 

Par ailleurs, la section PCF d’Alès soutient la proposition faite par la CGT de confier à une structure de défaisance la dette du système ferroviaire. Il est inacceptable que celle-ci pèse sur les conditions de travail et de vie des travailleurs du rail, ou sur les investissements en rénovation et modernisation du matériel et du réseau.

 

La lutte contre le démantèlement du service public, est l'affaire de tous les Français. Le PCF appelle le gouvernement à refuser de s'engager dans le sillon des politiques d'ouverture à la concurrence, dont les effets plus que néfastes ne sont plus à prouver.

La section PCF d’Alès réaffirme son soutient aux cheminots en lutte pour l’interet général et le service public.

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
16 juin 2014 1 16 /06 /juin /2014 19:58

Communiqué de presse Section PCF Alès 13 juin 2014

 

Réforme ferroviaire : « la lutte contre le démantèlement du service public est l'affaire de tous»

 

Une large mouvement est en cours à la SNCF. La section PCF d’Alès apporte tout son soutien aux revendications portées par les cheminots mobilisés pour le retrait de la réforme ferroviaire qui sera présentée à l'Assemblée le 17 juin prochain.

 

Ce texte, qui prétend réunifier RFF et SNCF afin de réduire les coûts d'une structure en doublon, prépare en réalité l'élargissement de l'ouverture à la concurrence du transport ferroviaire exigée par l'Union Européenne. Le gouvernement entend en effet créer une société unique en façade, mais trois entités dans les faits, pour renforcer la séparation entre gestion des infrastructures et exploitation du réseau.

 

Le scénario est écrit à l'avance. L'exploitation des voies, éminemment rentable, sera captée par le marché privé tandis que les infrastructures seront laissées à la seule responsabilité du secteur public, qui se retrouvera seul à rembourser la dette de 44 milliards d'euros qui devait financer un réseau ferré public et de qualité. Avec le libéralisme, c'est toujours la même rengaine : privatisation des profits et nationalisation des pertes.

 

Le PCF condamne fermement cette prise en otage du bien collectif et de l'investissement public par la concurrence privée, et s'associe aux propositions formulées par les syndicats en grève. Il demande une réunification réelle de la SNCF et de RFF au sein d'un organisme public possédant le monopole du chemin de fer et de son exploitation. C'est seulement à cette condition que sera garanti un service public juste et efficace.

 

Le ferroviaire ne peut être laissé aux mains de la concurrence et du marché. C'est un enjeu stratégique national, une garantie fondamentale de la souveraineté de la France et de l'égalité des territoires. 

 

Par ailleurs, la section PCF d’Alès soutient la proposition faite par la CGT de confier à une structure de défaisance la dette du système ferroviaire. Il est inacceptable que celle-ci pèse sur les conditions de travail et de vie des travailleurs du rail, ou sur les investissements en rénovation et modernisation du matériel et du réseau.

 

La lutte contre le démantèlement du service public, est l'affaire de tous les Français. Le PCF appelle le gouvernement à refuser de s'engager dans le sillon des politiques d'ouverture à la concurrence, dont les effets plus que néfastes ne sont plus à prouver.

La section PCF d’Alès réaffirme son soutient aux cheminots en lutte pour l’interet général et le service public.

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
26 mai 2014 1 26 /05 /mai /2014 15:58

COMMUNIQUÉ

Les politiques libérales et austéritaires en France et en Europe sont les coupables !

A Alès comme en France, le très haut niveau de l'abstention et le niveau historique du Front national, confirment que la crise politique et démocratique que traverse notre pays atteint un seuil critique. C'est une nouvelle alerte.
La France s'enfonce dans un malaise démocratique inquiétant.

Les causes de cette situation sont claires :

  • le rejet massif du modèle libéral de l'Union européenne et le mépris que les tenants de ce modèle ont opposé depuis dix ans à tous ceux qui le contestaient,
  • l'enfermement de François Hollande et de Manuel Valls dans une politique libérale, à l’identique de Sarkozy, et d'austérité désavouée par le pays,
  • le profond désarroi dans lequel cette situation plonge les classes populaires et l'ensemble des électeurs de gauche.
  • Et comme si cela ne suffisait pas, à cause de la diminution des moyens du service public, d’innombrables électeurs n’ont pas reçu les documents électoraux ou encore, nous avons constaté l’absence de bulletins du Front de gauche comme dans le bureau des Promelles, bureau pourtant livré comme partout ailleurs !

La gauche est très affaiblie ; le parti socialiste est en chute libre (à peine 10% à Alès). Dans ce contexte, les résultats du Front de gauche, équivalents à ce qu'ils étaient en 2009 (14 % à Alès), ne permettent pas de relever le défi d'une voix alternative majoritaire à gauche. De cette crise politique doit émerger une perspective réelle et crédible à gauche sur fond de rupture avec ce système.

Les socialistes se sont trop éloignés des valeurs de gauche. La gauche ne pourra retrouver le peuple que dans un mouvement social et politique de l'ampleur d'un Front populaire du XXIème siècle.
Nous appelons toutes les forces vives du pays, la jeunesse et les salariés à s'unir sans attendre. Nous mettons le Front de gauche à leur service.

Dans cette visée, les résultats de nos partenaires européens du groupe de la GUE-NGL et la progression de l'idée d'une alternative à gauche en Europe sont des signes encourageants.

 

Alès, le 26 mai 2014

Parti Communiste Français

Section d’Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
29 avril 2014 2 29 /04 /avril /2014 14:17

COMMUNIQUE DE PRESSE 28/04/14

 

Le 1er mai manifestons !

 

La section du PCF d’Alès appelle à participer au rassemblement organisé par les syndicats jeudi 1er mai à 10h30 devant la Mairie d’Alès, contre les politiques d’austérité et de régression sociale, pour un autre partage des richesses en faveur du travail et non de la finance.

Alors que le nouveau gouvernement, avec son «pacte de responsabilité», conduit notre pays dans le mur, faisant les poches des salariés et des retraités pour garnir celles des actionnaires, disons bien fort, toutes et tous ensemble, à l’occasion de cette journée de fête et de mobilisation, de solidarité et de fraternité, qu’il faut changer de cap en France et en Europe, rompre avec la soumission aux marchés financiers et le dumping social, refonder la politique sur des bases démocratiques en portant un nouveau modèle de développement social, écologique, pacifique et solidaire.

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
28 avril 2014 1 28 /04 /avril /2014 08:06

MEETING

 

Jean Luc MELENCHON

Martine GAYRAUD

David HERMET

 

ROMPRE ET REFONDER L’EUROPE

 

MERCREDI 30 AVRIL

20H A ALES

MAISON DU PEUPLE (Tamaris)

 

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
16 avril 2014 3 16 /04 /avril /2014 12:56

COMMUNIQUE DE PRESSE 16/04/14

Richard Ducros et Call Expert :

Les patrons voyous rattrapés par la justice !!!

 

RICHARD DUCROS

 

Fayat, quatrième groupe de BTP et 1er métallier de France, basé à Bordeaux, qui a liquidé Richard Ducros, a tenté de s’en laver les mains, mais la justice l’a rattrapé.

En effet, la cour d’appel de Nîmes a confirmé la décision du tribunal d’Alès (prud’hommes) qui l’avait condamné à verser 10 millions d’euros. La cour reconnait le co-emploi et les licenciements sans motif économique. Certes, c’est un soulagement, mais on ne peut oublier qu’au final, une entreprise a été détruite avec pour conséquence : 250 salariés au chômage!!

 

Cette décision fera peut être réfléchir certains sur l’utilisation de méthode « ignoble » qui consiste à racheter un concurrent pour l’éliminer !!

 

CALL EXPERT

 

La Cour d’appel devant le tribunal administratif de Marseille vient de rendre sont arrêt relatif au Plan de Sauvegarde de l’Emplois concernant la société CALL EXPERT. C’est la DIRRECTE qui voit son homologation du PSE annulée pour défaut et contrôle d’informations données au comité d’entreprise et aux institutions représentatives du personnel. La section PCF d’Alès suivra avec attention la conférence de presse donnée Stéphanie MALLIA déléguée syndicale CALL EXPERT. Pour rappel, le patron de cette entreprise avait quand même reçu des centaines de milliers d’euros d’aide publique  !!!!

 

Le PCF et le Front de Gauche part l’intermédiaire de ses parlementaires portent propositions de deux articles de loi :

-         article 1er, d'exclure du champ légal des licenciements économiques ceux effectués dans des entreprises ayant reversé des dividendes à leurs actionnaires au titre d’au moins un des deux derniers exercices comptables. Ils confient la mise en œuvre de cette disposition à l’inspection du travail.

-         article 2, prévoir que les entreprises qui bénéficient d'aides publiques, sous quelles que formes que ce soit, s'engagent en contrepartie à ne pas réaliser de licenciements interdits au sens de l'article 1er, auquel cas elles doivent restituer les sommes qu'elles ont perçues.

 

La section PCF d’Alès réaffirme son soutien aux ex-travailleurs de Richard Ducros et Call Expert !

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article
10 avril 2014 4 10 /04 /avril /2014 13:26

Section PCF Alès : Maintenant ça suffit ! 

COMMUNIQUE DE PRESSE 10/04/14

Marchons contre l'austérité pour l'égalité et le partage des richesses

Les politiques menées par l'Europe et par le gouvernement français plongent notre pays et l'Europe dans une crise sociale, économique, morale et politique de plus en plus profonde au fil des mois, provoquant la défiance et la colère des peuples. La volonté d'autres choix s'est clairement exprimée par une très forte abstention aux élections municipales et par une lourde sanction de la politique gouvernementale .

Mais ils ne veulent rien entendre. Changer de cap ? Bien sûr que non, il faudrait aller encore plus vite, encore plus loin, continuer ce qui échoue depuis 30 ans : austérité imposée, coupes budgétaires, asphyxie des collectivités, cadeaux au patronat et aux banques... Avec le pacte de responsabilité, un pas supplémentaire serait franchi.

La course éperdue « à droite toute » de ce gouvernement réputé « de gauche » doit être stoppée ! Appuyé par des syndicats, des associations, par le Front de gauche, de nombreuses personnalités sont en train de se rassembler. L’initiative a été prise d'une marche nationale, à Paris, le samedi 12 avril, pour l'exprimer.

Alors qu'aucun coup de pouce n'a été donné au SMIC, que la TVA anti-sociale a été augmentée, que le modèle des retraites est sans cesse remis en cause, ce sont de nouveaux cadeaux au patronat qui sont faits : 35 milliards d’allègements de cotisations, 50 milliards d'économies budgétaires supplémentaires. Et toujours rien pour les gens, et toujours plus de chômeurs. Car, nous le savons bien, aucune exonération sociale ou fiscale n'a jamais créé un seul emploi.

A l'inverse, moins de ressources pour l’État, c'est moins de services publics et donc moins de droits pour nos concitoyens. Résultat : en menant la politique du Medef, ils sont en train de tuer toute chance de reprise !

Si le gouvernement cède lorsque la droite la plus réactionnaire et la plus extrême bat le pavé sur un discours de peur et de haine, il entend rester inflexible sur le cap de sa politique ultra-libérale.

Notre voix va donc se faire plus forte ! Ils ont été élus il y a deux ans pour s'attaquer à la finance, pour dire stop au libéralisme qui mine les peuples, pille les ressources de notre planète, qui provoque désespoir et colère.

C'est cela qu'ont dit les 2 millions de personne qui ont convergé il y a dix jours sur Madrid. Nous sommes les frères et les sœurs des travailleurs ou chômeurs espagnols exaspérés.

Oui, il est urgent d'aller dans la rue, d'exiger un réel changement de cap, et la construction d'une alternative sociale, démocratique, écologique et féministe, fondée sur la solidarité. Une alternative qui remette au cœur de la politique, l'Humain et le progrès partagé.

L'alternative aujourd'hui, ce n'est ni Valls Premier ministre, ni le retour de la droite au pouvoir. La nouveauté, ce serait de donner enfin la priorité aux femmes et aux hommes sur la finance. Il faut arrêter le Pacte d'(ir)responsabilité.

Notre peuple mérite mieux qu'un choix entre des reculs sociaux.

Le Front de gauche et le Parti communiste français, ainsi que de nombreuses personnalités, actrices et acteurs de la culture et des arts, du sport, responsables syndicaux, associatifs et politiques, appellent donc le 12 avril à une marche contre les politiques d'austérité et pour le partage des richesses.


La section PCF d’Alès appelle à la manif du 12 avril à Paris et une délégation sera présente.

 

Pour la section PCF Alès

Sylvain ANDRE

Secrétaire de section PCF Alès

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article