Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 08:40

CONTRE LES EXPULSIONS

CONTRE LE LOGEMENT CHER

POUR LA PRODUCTION MASSIVE DE LOGEMENTS SOCIAUX

  SAMEDI 12 MARS

A 11 H DEVANT LA SOUS PREFECTURE

Cette année encore, le 15 mars sonne la fin de la trêve hivernale, la reprise des expulsions sans relogement, l'angoisse pour des dizaines de milliers de familles et de personnes d'être jetées dans la rue par la force …

La marchandisation des logements sociaux est en cours. Les expulsions sont toujours plus nombreuses, elles sont en hausse de 50% depuis 2002…

Les locataires  sont accablés par la flambée des loyers, des charges, de l'énergie, de l'immobilier et du foncier, qui n'ont jamais été aussi chers dans notre pays.

Une action nationale est organisée avec des initiatives sur Lyon, Toulon, Marseille ou Lorient…

Dans le Gard, nous ne sommes pas épargnés

 

·        Une demande de logement en augmentation de plus de 35 % en 4 ans.

·        15 000 demandes de logements recensées pour 3 400 attributions en 2006 contre 10 000 demandes de logement en 2002.

·        Un taux de précarisation important, 30 % de ménages perçoivent des aides au logement

 

 La loi BOUTIN / MOLLE adoptée par le gouvernement, accentue cette situation.

·       Elle  réduit le nombre déjà insuffisant de constructions,

·       Elle remet en cause l’obligation de construire au moins 20% de logements sociaux dans les villes de plus de 3500 habitants.

·       Elle impose une mise sous tutelle forcée des organismes HLM en leur imposant des conventions définissant des objectifs de loyers (surloyers), de ventes de logement,…. éloignant les organismes HLM de leur mission de Service Public

·       Elle remet en cause le principe du maintien dans les lieux pour les locataires 

·       Elle réduit les délais pour expulser les locataires ce qui est en contradiction avec la loi du Droit Au Logement Opposable (DALO)

·       La baisse de 10% du plafond de ressources pour être éligible au logement social et l’augmentation du surloyer pour chasser les familles les moins pauvres des HLM.

·       L’exclusion des locataires qui dépassent 2 fois le plafond de ressources ou en cas de sous-occupation. Cela aurait pour conséquence de remettre en cause le principe de mixité sociale et de déstabiliser les quartiers. Cela imposerait à des familles qui ont payé pendant des dizaines d’années leur loyer de quitter leur logement…

Cette loi prévoit également un véritable hold-up sur l’argent de notre salaire différé par les cotisations au « 1% logement » pour financer les désengagements de l’Etat.

  Dans ce contexte, nous exigeons :

·        L’arrêt des expulsions locatives et le gel des loyers immédiat

·        L’arrêt des saisies, coupures d’eau, d’électricité et de gaz.

·        Un véritable service public de l’énergie. Ce poste dans le budget locatif des familles représente une part de plus en plus grande dans la réalité de la dette locative amenant à la procédure d’expulsion

·        Le développement de la production de logements sociaux, privilégiant une offre de logements économiquement accessibles

·        La revalorisation de 25% des aides personnelles et la prise en compte dans le calcul du coût des charges locatives puisque les bailleurs offrent des nouvelles parts de marché en cédant à l’offre contractuelle la gestion de l’ensemble du parc (téléphonie, entretien, maintenance, accès à l’information etc.…).

·        La remise au centre de la politique du logement du principe de mixité sociale

·        L’application de la loi SRU (notamment l’article 55) obligeant les communes à disposer d’au moins 20 % de logements sociaux

·       La garantie de la pérennité et de l’intégrité du « 1 % logement » et une utilisation des fonds récoltés conforme aux missions d’intérêt général définies par les partenaires sociaux

·       La fin du désengagement financier de l’Etat (moins 7 % au budget de l’Etat pour 2009)

·       La taxation de la spéculation immobilière et foncière, pour rendre le logement accessible

·       Réorienter l’aide à la personne vers l’aide à la pierre pour les nouvelles opérations de construction (qui produira une baisse de 30 % des loyers

·       Réorienter les avantages fiscaux dont bénéficient le privé (dispositif de Robien) en faveur du logement social.

·       La construction annuelle de 180 000 logements locatifs véritablement sociaux.

·       Le respect de la loi DALO et l'application immédiate de la loi de réquisition

·       L'abrogation de toutes les mesures de marchandisation du logement social (CUS, ventes, démolition, privatisation des bailleurs sociaux…) et de toutes celles qui précarisent les habitants (loi Boutin, loi LOPPSI2, loi de finances 2011 …)

·       La reconquête du service public mis à mal par la transformation des offices HLM en offices de l’habitat, opération de privatisation des missions et du statut des personnels

 

 

L’Etat doit être le garant du droit au logement sur tout le territoire.

 

Ensemble unissons nos forces en tant qu’organisations, défenseur du logement social, pour une autre politique.

 

SOYONS NOMBREUX AU RASSEMBLEMENT LE :

SAMEDI 12 MARS

A 11 H DEVANT LA SOUS PREFECTURE

 

Premiers signataires : UL CGT, Chômeurs « Rebelles » CGT,Collectif d’action contre le chômage et la Précarité d’Alès et des Cévennes CNT, FSU, Solidaires, CNL, Planning familial, Attac, LDH, PCF, PG, NPA, POI, les Alternatifs…

Partager cet article

Repost 0
Published by sectionalespcf.over-blog.com
commenter cet article

commentaires