Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 décembre 2014 4 18 /12 /décembre /2014 13:27

Déclaration de Jean Michel SUAU

BP 2015 du Conseil Général du Gard

 

Monsieur le Président,

Mes Chers Collègues,

 

Nous sommes réunis aujourd’hui pour le vote du Budget Primitif 2015 en présence de nombreux salariés de notre collectivité, des associations d’insertion, avant-hier de parents d’élèves et d’enseignants du collège de Manduel, ainsi que de nombreux hommes et femmes de gauche qui, comme les gardoises et les gardois, sont

victimes aujourd’hui des politiques d’austérité.

L’intégration dans le statut de la fonction publique territoriale sans perte de leur régime indemnitaire pour les Ouvriers des Parcs et Ateliers (OPA), le refus de la suppression des emplois dans les associations d’insertion, la demande de la construction d’une Halle de sport à Manduel sont des revendications légitimes.

Mais l’augmentation des dépenses, liées aux compétences transférées sans les moyens financiers correspondants du RSA, de l’APA, de la PCH, et la baisse des dotations de l’Etat de 13,5 millions d’euros montrent que le cadre de la gestion trouve

vite ses limites.

 

Vous l’avez dit et même reconnu mardi, malgré nos efforts, nous sommes contraints de détricoter ce que nous avons ensemble construit depuis 20 ans.

De la gratuité des transports scolaires à la construction et la rénovation des collèges, aux politiques sociales offensives, notamment de la Petite enfance, qui sert de référence nationale, toutes ces avancées positives ont donné sens à une politique de gauche, durant 20 ans, au service des gardoises et des gardois.

Mais, depuis 2009, elles sont successivement remises en cause à chaque exercice budgétaire. C’est malheureusement encore le cas cette année et la réduction des dépenses publiques programmée jusqu’en 2017 prévoit des coupes sombres à hauteur de 11 milliards pour toutes les collectivités.

Disant cela, je n’évacue pas la responsabilité de la droite qui, sous SARKOZY, a gelé les dotations de l’Etat, qui a transféré des compétences, laissant à la charge des collectivités plus de 600 millions d’euros pour notre Département, qui a modifié la fiscalité (suppression de la T.P.) réduisant les recettes de notre collectivité.

Cela ne me rend pas aveugle non plus, face à ses ambitions et ses objectifs qui

visent à recentrer la politique du Département sous ses compétences obligatoires, ce qui signifie l’abandon des financements aux associations sportives et culturelles, de l’aide aux communes…

 

Mais il faut avoir la lucidité de constater que ce sont aussi les politiques d’austérité actuelles qui remettent en cause ce que nous avons construit ensemble. Et que c’est bien cette déception qui nourrit aujourd’hui l’abstention dans le peuple de gauche qui  majoritairement a voté pour le changement dans le Gard.

Les 31 millions d’euros accordés aux entreprises gardoises dans le cadre du CICE

(Crédit Compétitivité), sans contrepartie, ni exigence pour l’emploi, auraient été bien utiles pour réaliser toutes les ambitions que la majorité actuelle du Conseil Général porte encore. Et je peux en témoigner. Mais ces ambitions sont, hélas, victimes des choix gouvernementaux.

 

Dans tout le pays, des élus de toute sensibilité de gauche, du PCF, du Front de Gauche, d’EELV disent leur refus. A l’image de Claudy Lebreton, Président socialiste de l’association des Départements de France, des Présidents de Conseils généraux n’acceptent pas d’être les victimes des choix gouvernementaux. Le Président du Conseil Général des Pyrénées Orientale vient d’annoncer qu’il ne pourrait pas verser le RSA du mois de décembre, celui de l’Hérault a appelé à manifester contre la réforme. Les maires organisent des rassemblements avec les populations pour réclamer à l’Etat des dotations qu’on leur a supprimées. Tout le monde est concerné: Les gardoises et les gardois, les associations, les collectivités, nous sommes tous concernés.

 

C’est la voix à faire entendre, ensemble, jusque dans les sphères gouvernementales, pour exiger les moyens d’une politique de gauche au service des gardoises et des gardois.

 

C’est le chemin à emprunter, ensemble, si nous voulons maintenir et développer des politiques de progrès et de justice sociale au sein du Conseil général.

 

C’est le sens de mon abstention sur ce budget 2015.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by PCF ALES .over-blog.com
commenter cet article

commentaires